06 Février

Chloë Sevigny, sulfureuse dans la campagne Vivienne Westwood shootée par Juergen Teller

 

Muse underground et icône de style, la New-Yorkaise Chloë Sevigny rejoint le trio formé par Vivienne Westwood, Andreas Kronthaler et Juergen Teller pour la campagne printemps-été 2018 du label anglais.

Par Léa Zetlaoui

1/5
  • Icône de l’underground, Chloë Sevigny inspire régulièrement l’industrie de la mode. Révélée par les cinéastes Larry Clarke et Harmony Korine, son ex-petit ami, la New-Yorkaise traîne depuis toujours une réputation sulfureuse associée à une allure racée et à un style pointu.

     

    Lors de l’ouverture du premier flagship Vivienne Weswtood à New York, le trio formé par la créatrice punk, son mari Andreas Kronthaler et le photographe Juergen Teller a décidé de shooter la campagne printemps-été 2018 au sein de l’exposition réunissant les images d’archives de la marque anglaise. Il a aussi proposé aux invités présents d’en être les égéries. C'est ainsi, par hasard, que la muse blonde s'est retrouvée au centre de l’attention. “Nous avons adoré Chloé [Sevigny] pour la campagne. Je l’ai rencontrée à notre exposition et elle était resplendissante. Elle est tout bonnement adorable et porte tellement bien nos vêtements !” explique Andreas Kronthaler.

     

    Fidèle à son irrévérence, c’est en cachant ses seins avec ses mains que Chloë Sevigny prend la pose, sous une lumière crue, toute de Vivienne Westwood vêtue et sous l’objectif du photographe à la réputation tout aussi sulfureuse.

     

  • Icône de l’underground, Chloë Sevigny inspire régulièrement l’industrie de la mode. Révélée par les cinéastes Larry Clarke et Harmony Korine, son ex-petit ami, la New-Yorkaise traîne depuis toujours une réputation sulfureuse associée à une allure racée et à un style pointu.

     

    Lors de l’ouverture du premier flagship Vivienne Weswtood à New York, le trio formé par la créatrice punk, son mari Andreas Kronthaler et le photographe Juergen Teller a décidé de shooter la campagne printemps-été 2018 au sein de l’exposition réunissant les images d’archives de la marque anglaise. Il a aussi proposé aux invités présents d’en être les égéries. C'est ainsi, par hasard, que la muse blonde s'est retrouvée au centre de l’attention. “Nous avons adoré Chloé [Sevigny] pour la campagne. Je l’ai rencontrée à notre exposition et elle était resplendissante. Elle est tout bonnement adorable et porte tellement bien nos vêtements !” explique Andreas Kronthaler.

     

    Fidèle à son irrévérence, c’est en cachant ses seins avec ses mains que Chloë Sevigny prend la pose, sous une lumière crue, toute de Vivienne Westwood vêtue et sous l’objectif du photographe à la réputation tout aussi sulfureuse.

     

  • Icône de l’underground, Chloë Sevigny inspire régulièrement l’industrie de la mode. Révélée par les cinéastes Larry Clarke et Harmony Korine, son ex-petit ami, la New-Yorkaise traîne depuis toujours une réputation sulfureuse associée à une allure racée et à un style pointu.

     

    Lors de l’ouverture du premier flagship Vivienne Weswtood à New York, le trio formé par la créatrice punk, son mari Andreas Kronthaler et le photographe Juergen Teller a décidé de shooter la campagne printemps-été 2018 au sein de l’exposition réunissant les images d’archives de la marque anglaise. Il a aussi proposé aux invités présents d’en être les égéries. C'est ainsi, par hasard, que la muse blonde s'est retrouvée au centre de l’attention. “Nous avons adoré Chloé [Sevigny] pour la campagne. Je l’ai rencontrée à notre exposition et elle était resplendissante. Elle est tout bonnement adorable et porte tellement bien nos vêtements !” explique Andreas Kronthaler.

     

    Fidèle à son irrévérence, c’est en cachant ses seins avec ses mains que Chloë Sevigny prend la pose, sous une lumière crue, toute de Vivienne Westwood vêtue et sous l’objectif du photographe à la réputation tout aussi sulfureuse.

     

  • Icône de l’underground, Chloë Sevigny inspire régulièrement l’industrie de la mode. Révélée par les cinéastes Larry Clarke et Harmony Korine, son ex-petit ami, la New-Yorkaise traîne depuis toujours une réputation sulfureuse associée à une allure racée et à un style pointu.

     

    Lors de l’ouverture du premier flagship Vivienne Weswtood à New York, le trio formé par la créatrice punk, son mari Andreas Kronthaler et le photographe Juergen Teller a décidé de shooter la campagne printemps-été 2018 au sein de l’exposition réunissant les images d’archives de la marque anglaise. Il a aussi proposé aux invités présents d’en être les égéries. C'est ainsi, par hasard, que la muse blonde s'est retrouvée au centre de l’attention. “Nous avons adoré Chloé [Sevigny] pour la campagne. Je l’ai rencontrée à notre exposition et elle était resplendissante. Elle est tout bonnement adorable et porte tellement bien nos vêtements !” explique Andreas Kronthaler.

     

    Fidèle à son irrévérence, c’est en cachant ses seins avec ses mains que Chloë Sevigny prend la pose, sous une lumière crue, toute de Vivienne Westwood vêtue et sous l’objectif du photographe à la réputation tout aussi sulfureuse.

     

  • Icône de l’underground, Chloë Sevigny inspire régulièrement l’industrie de la mode. Révélée par les cinéastes Larry Clarke et Harmony Korine, son ex-petit ami, la New-Yorkaise traîne depuis toujours une réputation sulfureuse associée à une allure racée et à un style pointu.

     

    Lors de l’ouverture du premier flagship Vivienne Weswtood à New York, le trio formé par la créatrice punk, son mari Andreas Kronthaler et le photographe Juergen Teller a décidé de shooter la campagne printemps-été 2018 au sein de l’exposition réunissant les images d’archives de la marque anglaise. Il a aussi proposé aux invités présents d’en être les égéries. C'est ainsi, par hasard, que la muse blonde s'est retrouvée au centre de l’attention. “Nous avons adoré Chloé [Sevigny] pour la campagne. Je l’ai rencontrée à notre exposition et elle était resplendissante. Elle est tout bonnement adorable et porte tellement bien nos vêtements !” explique Andreas Kronthaler.

     

    Fidèle à son irrévérence, c’est en cachant ses seins avec ses mains que Chloë Sevigny prend la pose, sous une lumière crue, toute de Vivienne Westwood vêtue et sous l’objectif du photographe à la réputation tout aussi sulfureuse.

     

NuméroNews