13 Février

Pendentif, la pépite hypnotique de la pop française

 

Entre mélodies pop et chanson française, le groupe Pendentif signe un deuxième album onirique Vertige exhaussé, voyage sensoriel sur fond de glaciers, de marées et de bleu cobalt. Rencontre. 

Par Marthe Rousseau

Pendentif photographié par Paul Rousteau.

Entre pop onirique et chanson française, le groupe Pendentif vient de dévoiler un deuxième album Vertige exhaussé, un voyage sensoriel fait de paysages de montagnes enneigées, de cascades d’eau douce et de marées salées… Rencontre avec les quatre membres du groupe.

 

C’est dans leur chambre bordelaise que Benoit Lambin (guitare), Mathieu Vincent (clavier, basse), Jonathan Lamarque (batterie) et Ariel Tintar (piano) créent Pendentif début 2010. Ils proposent ensuite à Cindy Callède, une amie à eux, de poser sa voix sur leurs mélodies pop. Le jeune groupe joue son premier concert lors des auditions du Printemps de Bourges à Bordeaux. “Nous n'étions absolument pas prêts, mais ils nous ont quand même sélectionnés, ce qui est assez curieux”, raconte Mathieu, l’un des compositeurs. Dès 2011, le succès va crescendo, le groupe multiplie les dates et plusieurs labels se l’arrachent. C’est finalement Discograph, label indépendant (AaRON, Angus and Julia Stone, Cocoon) qui gagne la bataille et distribue Mafia Douce (2013), premier album de Pendentif.

 

Depuis, Ariel et Cindy sont partis et le quintette s’est transformé en quatuor. En pleine tournée, la chanteuse est aussitôt remplacée par Julia Jean-Baptiste, chanteuse solo (singles parus chez Entreprise) et amie du groupe à l’énergie débordante. “J’ai réfléchi 25 secondes et j’ai dit oui” raconte-t-elle. La nouvelle recrue apprend à grande vitesse les chansons. “On a fait une répète et, direct après, elle est montée sur scène”, explique Mathieu, encore impressionné. Le groupe enchaîne ensuite sur une tournée internationale : Espagne, Royaume-Uni, Europe de l’Est, Chine…

 

 

Le personnage principal de cet album, c’est le paysage.

 

 

Découvrez le clip du morceau “L'Originel”, issu du deuxième album de Pendentif, intitulé “Vertige Exhaussé”.

Dans Vertige exhaussé, la place des mélodies électro pop prennent autant de place que la voix suave de Julia, marquée par les chanteuses de bossa nova comme la brésilienne Astrud Gilberto ou Sade Adu. “Elles ont une sorte de mélancolie naturelle, qui n’est pas imposée et qui m’a toujours énormément touchée”, souligne la chanteuse. Inspiré aussi bien par Mac DeMarco que par la trap, la pop moderne ou le rap français, Pendentif innove par ses mélodies électro pop oniriques qui laissent libre court à l’imagination...

 

 

Pour écrire nos textes, on essaye de fonctionner en termes d’images, de sensations, un petit peu comme les impressionnistes.”

 

 

Le personnage principal de cet album, c’est le paysage, explique Benoit qui passe la moitié de l'année dans les Pyrénées. On les retrouve en effet sous forme de glacier sur la pochette du nouvel album. Et, pour en annoncer la sortie, Pendentif s'est même offert le luxe de nous embarquer à bord d'un ULM (avec le champion de France de la discipline, le 18 janvier, sur la plateforme numérique Jack – vidéo reprise sur le site Facebook de Pendentif). Plans saturés de glaciers, de cascades, de pins, et de vagues se succèdent en accéléré dans le clip L’Originel dans une atmosphère psychédélique. “Pour écrire nos textes, on essaye de fonctionner en termes d’images, de sensations, un petit peu comme les impressionnistes”, explique Benoit, compositeur et parolier du groupe. Mais c'est finalement une toile romantique réalisée en 1818 qui résumerait le mieux l'esprit de Vertiges exhaussés : “‘Le voyageur contemplant une mer de nuages’, de Caspar David Friedrich”, cite Benoit. Ce tableau montre un homme de dos, en pleine introspection, qui observe un paysage embrumé.

 

À la manière d'un monochrome d'Yves Klein, le bleu baigne cet album : du Bleu Cobalt au Saphir, titres de deux morceaux de l'album. Benoit s’est d'ailleurs intéressé aux lettres échangées entre le peintre Vincent Van Gogh et son frère, pour qui le bleu symbolisait une couleur divine. C'est ce qui lui a inspiré Bleu cobalt, où synthé des années 80 et basses de la techno berlinoise fusionnent sous la voix envoûtante de Julia : vertige exhaussé. 

 

 

L'album Vertige exhaussé de Pendentif est déjà disponible. Pendentif sera en concert à Paris le 8 mars à la Maroquinerie à l'occasion de la Pias Nites et dans toute la France. 

NuméroNews