12 Avril

Un livre de photos témoigne de l’émergence de la scène électronique parisienne

 

De 1991 à 1999, Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques et les raves son appareil à la main. Aujourd'hui il publie un ouvrage réunissant ses plus belles images. 

Par Léa Zetlaoui

  • Carl Craig 1994
    1/12
  • Esplanade du musée d'Art moderne 1994
    2/12
  • Jeff Mills 1994
    3/12
  • arnaud Rebotini 1997
    4/12
  • Jeff Mills 1993
    5/12
  • Jerome Pacman 1994
    6/12
  • Laurent Garnier 1993
    7/12
  • Le Queen
    8/12
  • Manu Le Malin 1992
    9/12
  • Miss Kittin 1996
    10/12
  • Mr Oizo 1998
    11/12
  • Sextoy La Bourette 1995
    12/12
1/12
  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

  • Cette année, le Rex Club, temple de la musique électronique, célèbre ses 30 ans et invite à poser un regard retrospectif sur l'émergence de ce genre musical à Paris. De 1991 à 1999, le photographe Olivier Degorce a écumé les soirées électroniques, du Queens aux raves, son appareil à la main. Underground à ses débuts, la musique électronique se démocratisera progressivement jusqu'à devenir un genre majeur. Puissante, elle rassemble des foules de jeunes en mal de liberté et de folie. 

     

    Aujourd'hui le photographe réunit dans un ouvrage de 500 pages une grande partie de ses photos argentique. On y aperçoit Pedro Winter, Manu Le Malin ou Miss Kittin mais également Jeff Mills et Carl Craig, et tous ceux qui ont participé à l'émergence d'un phénomène qui allait bouleverser le monde de la nuit parisienne. 

     

    “Il y a 25 ans le mot ‘selfie’ n’existait pas, et le peu de traces que nous avons de cette époque rend ce livre important”

     

    “Ce livre est hommage à ces acteurs, ces DJs qui rêvaient d’une autre forme de fête, qui propageaient une musique ’interdite’, défendant un hédonisme à 130 BPM ”

    Pedro Winter

     

    Plastic Dreams d’Olivier Degorce chez Headbangers Publishing

     

     

     

NuméroNews